vendredi 16 décembre 2011

sans pression

il y a ces vendredis soirs... soit ceux où papa travaille déjà à l'heure où nous dînons, soit ceux où il part travailler après le dîner. ces vendredis soirs où les repas se passent en musique, on chante même à table, on rigole, c'est vendredi soir, le lendemain on peut dormir tard, et maman aime profiter de ses enfants un peu plus que d'habitude, elle n'est pas pressée de les mettre au lit pour profiter de son amoureux. ces vendredis soirs où l'on dîne tous ensemble, des plats rapides qui plaisent à toute la famille, un papa qui s'en va et les filles qui profitent de ce temps pour être juste ensemble. Ce soir elles ont fait des puzzles par terre pendant que leur maman a défait quelques cartons qui traînaient encore depuis leur déménagement. Profiter du déluge dehors pour rendre encore plus chaleureux son intérieur, allumer des bougies.

il y a ces vendredis soirs que les enfants aiment tant, ceux qui rendent les lundis si difficiles... zebulline a en horreur les matins qui courent et réclame "les jours où on fait rien maman, tu sais, ceux où on reste à la maison"... ces vendredis soir où elle peut se changer en princesse dès son retour à la maison et s'imaginer des histoires.

il y a ces vendredis soirs qui annoncent la douceur du samedi matin, du réveil tardif de la maisonnée, du petit déjeuner qui traîne...

 

(profitons-en avant l'arrivée du bébé et des nuits coupées)

Posté par zebulle à 21:48 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

lundi 12 décembre 2011

éducation différenciée et évaluation individuelle

La semaine dernière nous avons eu le rendez-vous trimestriel qui tient lieu de "bulletin": l'évaluation trimestrielle. La réforme du système scolaire locale a remplacé le bulletin par un bilan qui se traduit par un rendez-vous entre l'instituteur et les parents pour parler des acquisitions de l'enfant sur base de socles. Même en "maternelle" les enfants sont évalués, mais de façon positive. Je mets des guillemets à maternelle parce que finalement dans le système scolaire locale, ces 2 années de préscolaire font partie intégrante du cycle scolaire fondamental (du primaire donc). Au cours de ces 2 années préscolaires, les enfants ont des objectifs à atteindre, ces objectifs sont des socles: langage, mathématiques, attitude, créativité font partie des 6 socles. Chaque trimestre donc l'instituteur rencontre les parents pour remplir ensemble le bilan et évaluer ce qui est acqui et ce qui doit être amélioré.

Le point fort de cette évaluation est qu'elle est individuelle. L'enfant n'est pas jugé par rapport au niveau de sa classe mais par rapport à ses capacités propres. L'instituteur n'évalue pas l'enfant par rapport aux autres, ce qui est, à mon sens, le meilleur moyen pour ne pas encourager les élèves dits fort à l'effort, mais par rapport à ses capacités, à ce que lui-même est capable d'apprendre, de produire. Un petit zèbre ne sera donc pas démotivé et découragé dans ses apprentissages parce qu'à aucun moment on ne lui dira "tu es fort" mais "c'est très bien, mais je crois que tu es capable d'améliorer ce que tu viens de faire". Cette évaluation individuelle mène tout naturellement à une éducation différenciée.

Mais c'est quoi l'éducation différenciée? c'est s'adapter au niveau de chaque enfant, lui permettre d'apprendre à son rythme et selon ses besoins. Dans le système scolaire local, des heures d'appui et de soutien sont prévues et pas seulement pour les élèves plus lents ou avec un peu moins de facilité d'apprentissage... chacun peut bénéficier de ces heures d'appui/soutien, d'ailleurs presque tous les enfants de la classe de ma libellule profitent de 30 à 60min d'appui chaque semaine... pour y faire quoi? approfondir, stimuler, donner le goût, encourager dans l'effort et valoriser les enfants. L'appui n'est donc pas perçu de façon négative, puisque tout le monde y a le droit et en bénéficie, c'est un moment privilégié avec l'instituteur ou avec un membre de l'équipe pédagogique (psychomotricité, langue, logopède).

Ce week-end j'avais de la lecture... la brochure détaillant les 6 socles et je réalisais qu'à ne rien faire de la journée comme le laisse sous-entendre ma grande libellule ("t'as fait quoi aujourd'hui à l'école ma chérie?" ".... bah rien") les enfants apprenent beaucoup et ont des objectifs plutôt élevés comme maîtriser la langue luxembourgeoise (sachant que généralement 50% des enfants des écoles ne sont pas issus de familles luxembourgeoises), maîtriser un niveau de conversation courante en allemand (l'apprentissage de la lecture en 2e cycle (donc en CP) se fera en allemand), jouer avec les chiffres de 0 à 20 (addition/soustraction), être capable de raconter une suite chronologique d'événements (une histoire fictive ou un fait réel comme les vacances ou une excursion).  Globalement la plupart des enfants qui terminent leur cycle préscolaire sont bilingues et commencent à apprivoiser une 3e langue... ça laisse songeur!

Nous appréhendions la scolarisation de notre petit zèbre, le rouleau compresseur de l'école française ne nous avait pas laissé indemnes... et finalement c'est avec grand plaisir que nous découvrons la l'école fondamentale luxembourgeoise, une école qui devrait être la même dans tous les pays...  pour que tous les enfant puissent avoir les mêmes chances de grandir...

Posté par zebulle à 09:21 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
mardi 6 décembre 2011

le plus beau des cadeaux

elle a eu 6 ans récemment et a été couverte de cadeaux... parmi tous ces cadeaux se trouvait ce petit carnet (rose), un petit carnet devenu le plus beau de tous les cadeaux. un petit carnet qui se promène, la suit, l'accompagne pour ses nombreux gribouillages ou "prises de notes"...

un petit carnet loin du marketing et de la société de consommation...

photo-4

Posté par zebulle à 15:52 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
mercredi 30 novembre 2011

3

troizan

j'ai troizan, et je suis une graaaaaaaaaaaaande fille, hein maman, je ne suis plus un bébé, mais une trèèèèèès graaaaaande fille et quand je sera grande jusqu'au plafond je pourra faire ça et ça et ça et ça et ça et ç et ç et ç et ç et ç et ç et ç et ç et ç et ç et ç et ç et ç et ç et ç et ç et ç et ç et ç et ç et ç et ç et ç et ç et ç et ç et ç et ç et ç et ç et ç et ç et ç et ç et ç et ç et ç et ç et ç et ç et ç et ç et ç et ç et ç et ç et ç et ç et ç et ç et ç et ç et ç et ç et ç et ç et ç et ç et ç et ç et ç et ç et ç et ç et ça.......

hein maman!

je suis ta moumoune mamounette et je te aime fooooooort!

 

elle a 3 ans depuis quelques semaines et c'est un personnage à elle toute seule! Attachiante le nouveau mot dans le dictionnaire 2012? c'est ça?

elle a 3 ans et "fait tout seul" un peu tout et surtout pas toujours ce qu'il faudrait... les poissons ne s'en plaignent pas, ils ont à manger plusieurs fois par jour, le chat a sa gamelle qui déborde et mes vitres sont taguées de traces de  "je voulais t'aider maman, j'a nettoyé"... mais non chéri ne te roule pas par terre parce que c'est quand même un peu une bêtise, tu as voulu bien faire... juste... les lingettes pour nettoyer les f*sses ne sont pas idéales pour nettoyer les vitres....

elle a 3 ans et connait toutes les comptines par coeur et nos oreilles sont heureuses lorsque l'heure du coucher arrive... elle chante plutôt bien mais parfois un peu trop ou pas, est-ce que l'on peut chanter trop? surtout si l'on chante juste!

elle a 3 ans et ne râte jamais l'occasion de placer un bon mot... surtout dans des situations délicates... celles où l'on aurait tendance à vouloir punir ou disputer qui se transforment en éclats de rire. Serais-tu une alchimiste ma zebulline?

elle a 3 ans et ne va pas à l'école, elle va à la crèche. elle ne va pas à l'école et c'est ce qui pouvait lui arriver de mieux. elle profite de sa petite enfance pour être elle. Avoir 3 ans c'est important, ça n'arrive qu'une fois et on a toute la vie pour passer dans le rouleau compresseur... enfin, on peut retarder le passage du moins...

elle a 3 ans et souvent on se demande si on ne nous a pas livré un bébé chimpanzé... elle aime grimper, grimper et encore grimper... peut-être cherche-t-elle à devenir grande jusqu'au plafond? parfois on se demande si ce n'est pas Mowgli qui est venu vivre chez nous, un petit d'homme qui n'aime surtout pas être habillé... sauf si c'est l'heure des robes de princesse!

elle a 3 ans, adore sa soeur mais ne manque jamais une occasion de la faire tourner en bourrique, elle attend l'arrivée de sa nouvelle petite soeur avec très grande impatience, elle aussi rêve d'être une grande soeur, parce que sa grande soeur à elle, elle est vraiment super.

 

photo_3

Posté par zebulle à 16:35 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
mardi 29 novembre 2011

6

photochlo

Elle a eu 6 an le 13 novembre... 6 ans, une grande fille tant au sens propre qu'au sens figuré... alors je lui donne des petits noms qui la laisse curieuse, asperge, ou grand gigue... enfin le plus souvent je la regarde courir le matin pour rejoindre sa classe et j'ai du mal à réaliser que le tout petit machin qui tenait dans le creux de mes mains il y a 6 ans et devenu une si grande fille.

Elle a eu 6 ans et pour le moment tout va bien. Elle semble avoir trouvé un équilibre et se sentir bien dans sa nouvelle école.

Elle a 6 ans et est en dernière année de maternelle dans notre système scolaire, celui qui nous a surpris au début et qui finalement semble convenir à notre grande libellule. Elle a 6 ans et ne sait pas encore lire, ce qui surprend beaucoup de personnes quand nous sommes en france. Elle a 6 ans, ne sait pas encore lire mais elle connaît les noms des fromages. Dimanche une voix précieuse m'a dit: "après tout... les plus grands chercheurs au monde viennent de pays qui ne forcent pas les enfants à devenir des adultes trop tôt mais de pays où les enfants ont la liberté d'être des enfants" (référence aux systèmes scolaires allemands et américains).

Elle a 6 ans, elle aime le Munster, les moules, les câpres, le foie-gras et le saumon-fumé, les plats mijotés avec amour, pas trop la soupe mais quand c'est maman qui la prépare et lui montre le chemin pour l'aimer parfois même elle en redemande. Ouf! Notre libellule aime manger! enfin de temps en temps!

Elle a 6 ans, elle aime les repas de famille, passer du temps avec ses arrières-grands-parents, grands-parents, tatie, tonton, parrain, marraine, cousins, petits-cousins, arrières-cousins, un chien de berger qui aime la chaleur humaine des repas de famille. Elle aime le tourbillon de mots qui s'en dégage, passer de genoux en genoux, raconter des histoires, non ça pas trop en fait, elle est secrète ma libellule! 

Elle a 6 ans et est une grande soeur formidable pour sa petite zebulline et la mini puce qui devrait arriver au printemps. En grande soeur formidable elle n'oublie pas de temps en temps de faire tourner sa petite soeur en bourrique, quand même pas! 

Elle a 6 ans et des grandes jambes... en 2012 elle sera sur grand écran... une aventure incroyable... 6 ans et pas toutes ses dents (elles repoussent! ouf!)...

Posté par zebulle à 15:20 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

jeudi 10 novembre 2011

réflexion

juste parce que je viens de le relire et que ce texte me touche, me parle, me semble être une vérité...

Et une femme qui portait un enfant dans les bras dit, 
Parlez-nous des Enfants.
Et il dit : Vos enfants ne sont pas vos enfants.
Ils sont les fils et les filles de l'appel de la Vie à elle-même,
Ils viennent à travers vous mais non de vous.
Et bien qu'ils soient avec vous, ils ne vous appartiennent pas.

Vous pouvez leur donner votre amour mais non point vos pensées,
Car ils ont leurs propres pensées.
Vous pouvez accueillir leurs corps mais pas leurs âmes,
Car leurs âmes habitent la maison de demain, que vous ne pouvez visiter, 
pas même dans vos rêves.
Vous pouvez vous efforcer d'être comme eux, 
mais ne tentez pas de les faire comme vous.
Car la vie ne va pas en arrière, ni ne s'attarde avec hier.

Vous êtes les arcs par qui vos enfants, comme des flèches vivantes, sont projetés.
L'Archer voit le but sur le chemin de l'infini, et Il vous tend de Sa puissance 
pour que Ses flèches puissent voler vite et loin.
Que votre tension par la main de l'Archer soit pour la joie;
Car de même qu'Il aime la flèche qui vole, Il aime l'arc qui est stable.


(Khalil Gibran,extrait du recueil Le Prophète)

 

 

Posté par zebulle à 11:50 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
dimanche 2 octobre 2011

encaisser

je parlais récemment avec l'une de mes collègues qui me dit "tu sais, un ado qui ne fait pas de crise d'ado est un ado qui n'a pas confiance en ses parents, un ado qui sait que ses parents ne supporteront pas sa crise, alors, il ne leur fait pas subir. finalement un ado qui fait une crise d'ado normale est un ado qui a confiance en ses parents, qui sait qu'ils seront là pour lui permettre de la faire"...

intéressant non? alors nous avons continué à discuter... à essayer de voir si cette théorie pouvait s'appliquer sur la petite enfance, sur le fameux "terrible 2", si un enfant terrible entre 2 et 4 est un enfant qui sait que ses parents peuvent encaisser les crises et qui se permet donc de vivre pleinement cette phase.

la semaine dernière, dans deux contextes différents, deux personnes étant en contact très proche et très régulier avec ma grande libellule ont eu des propos lus qu'élogieux la concernant. des propos qui m'en ont donné la larmes à l'oeil, de ces mots qui touchent droit dans le coeur et font se dire que finalement on fait du bon boulot et que l'on est des bons parents. la conversation de vendredi nous a semblée, au papa et à moi, presque surréaliste tellement le portrait de notre libellule fait ne ressemblait "en rien" à celui de la libellule que l'on connaît... enfin il était celui que l'on aimerait pouvoir avoir sur elle... "votre fille est incroyablement concentrée, perfectionniste, précise, elle écoute les consignes à la lettre, elle est d'une patience extrême".... ah bon? à la maison elle est plutôt tout le contraire en y ajoutant effrontée et insolente en prime! un combat de chaque minute avec cette libellule... sauf lors de moments passés en tête-à-tête avec elle où elle est juste adorable.

du côté des parents, on a souvent tendance à se sentir en echec, à se dire que l'on a tout fait faux, qu'elle a un sale caractère, on imagine des théories, des ascendances génétiques qui pourraient expliquer cela, on creuse, on cherche, on s'inquiète même parfois... on doute de nos capacités à élever un enfant et on essaye d'éviter d'écouter les mauvais conseils prodigués et les remarques humiliantes si chères à tout un tas de gens. on a aussi essayé de se renvoyer la faute, générant des disputes... bref, élever une libellule n'est pas de tout repos!

et puis... cette discussion avec ma collègues, ces mots si élogieux sur ma libellule, le chemin de réflexion continuant son chemin, nous avons décidé de prendre les choses autrement. finalement, si notre libellule est dure avec nous, c'est parce qu'elle sait que nous pouvons encaisser. elle a confiance en nous et sait que nous sommes là. elle sait qu'elle peut tester, essayer, expérimenter, nous sommes là. tels des arbres aux larges troncs capables d'encaisser les coups de pieds de colère, nous sommes là. imperturbables, stoïques et forts, nous sommes là. elle le sait.

finalement ses cris, ses colères, sa rage sont un très beau compliment, nous sommes de bons parents capables d'encaisser. elle peut être la petite fille que l'on attend qu'elle soit à l'école, à la danse, à la musique et ailleurs parce qu'elle sait qu'à la maison l'attendent deux arbres robustes qui encaissent les coups.

maintenant que l'on sait... on aborde les crises différents. on ne lutte plus contre les crises parce que l'on se sent en echec, mais on les accompagne. nous lui apprenons à les gérer, nous l'encourageons à crier, à se défouler dans le respect de l'autre. Vendredi, une journée difficile où elle a du être à l'écoute, concentrée, perfectionniste pendant des heures... son papa l'a accompagnée dans son déchargement de batterie, il a pris sur lui et ils sont allés marcher tous les deux, il l'a laissé vider son sac, il a encaissé.

notre zebulline est plutôt calme dans 95% des situations.... mais les 5% restant réservent des colères sans nom... nous les gérons dans le calme, elle le sait, papa et maman ne flanchent pas, la respecte, et la colère se termine souvent par un gros câlin.

encaisser, être un arbre robuste, ne pas fléchir... ce n'est pas facile tous les jours, c'est même souvent très difficiles. dans ces moments-là, je pense aux bénéfices pour demain et à tous ces jolis mots que l'on me dit sur mes filles et je garde confiance et courage pour la prochaine crise.

 

Posté par zebulle à 07:50 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
vendredi 29 juillet 2011

grandir

photo(6)

je regarde mes enfants grandir...

je vois mon bébé... ma toute petite devenir un peu plus grande et je l'écoute parler... et elle en a des choses à dire... elle qui ne parlait pas jusqu'à il y a peu de temps... que de progrès faits en quelques mois... et non pas en une langue, mais en 2 voir 3 et presque 4... on ne fait pas les choses à moitié chez nous, l'avantage de la multiculture et d'un pays polyglotte...  je la regarde quand elle dort et elle me semble géante, je la regarde vivre et elle m'épate par sa motricité, sa logique, son humour. "nan maman, i si pô un bébé mais oune poutite fille, une toute poutite fille...", un petit cheval fougueux... j'aime

je vois ma grande, celle que j'ai toujours vu comme une grande même quand elle était bébé. une grande fille qui voudrait être encore plus grande, toujourd perdue entre la nostalgie d'hier et l'angoisse de demain et rarement dans la plénitude du moment présent. une grande tiraillée par les paradoxes de ses parents... occupes-toi de ta soeur vs tu n'es pas sa mère... pas facile d'être l'aînée. une grande qui se pose trop de questions et nous encombre les oreilles de phrases sans queue ni tête et ne saisi pas toujours tous nos mots... ce qui mène à des quiproquos souvent cocasses! ma toute grande qui perd cette fougue de la petite enfance et s'engage petit à petit vers l'âge de raison... et pour le coup, c'est moi qui suis nostalgique

 

les regarder grandir et ne surtout pas être pressée de les voir grandes, trop grandes. les encourager à savourer leur enfance... sans trop penser à "quand je serais grande"... parce que quand elles seront grandes, moi je serais vieille...

 

et si finalement l'arrivée de chaque nouveau-né dans nos vies n'était pas juste une illusion du temps qui fige, une fontaine de jouvence éphémère, une sensation d'arrêt sur image... quand tout se compte en jours, puis en heures, puis de nouveau en jours, en semaines, en mois... quand les derniers jours d'attente se transforment en siècles, quand les journées sont fractionnées en tellement de morceaux que finalement on ne sait même plus quel jour on est... quand ce bébé est tellement petit que chaque journée marque une étape dans son développement...

 

je regarde mes enfants grandir, j'aime!

 

Posté par zebulle à 22:52 - Commentaires [7] - Permalien [#]

grandir

photo(6)

je regarde mes enfants grandir...

je vois mon bébé... ma toute petite devenir un peu plus grande et je l'écoute parler... et elle en a des choses à dire... elle qui ne parlait pas jusqu'à il y a peu de temps... que de progrès faits en quelques mois... et non pas en une langue, mais en 2 voir 3 et presque 4... on ne fait pas les choses à moitié chez nous, l'avantage de la multiculture et d'un pays polyglotte...  je la regarde quand elle dort et elle me semble géante, je la regarde vivre et elle m'épate par sa motricité, sa logique, son humour. "nan maman, i si pô un bébé mais oune poutite fille, une toute poutite fille...", un petit cheval fougueux... j'aime

je vois ma grande, celle que j'ai toujours vu comme une grande même quand elle était bébé. une grande fille qui voudrait être encore plus grande, toujourd perdue entre la nostalgie d'hier et l'angoisse de demain et rarement dans la plénitude du moment présent. une grande tiraillée par les paradoxes de ses parents... occupes-toi de ta soeur vs tu n'es pas sa mère... pas facile d'être l'aînée. une grande qui se pose trop de questions et nous encombre les oreilles de phrases sans queue ni tête et ne saisi pas toujours tous nos mots... ce qui mène à des quiproquos souvent cocasses! ma toute grande qui perd cette fougue de la petite enfance et s'engage petit à petit vers l'âge de raison... et pour le coup, c'est moi qui suis nostalgique

 

les regarder grandir et ne surtout pas être pressée de les voir grandes, trop grandes. les encourager à savourer leur enfance... sans trop penser à "quand je serais grande"... parce que quand elles seront grandes, moi je serais vieille...

 

et si finalement l'arrivée de chaque nouveau-né dans nos vies n'était pas juste une illusion du temps qui fige, une fontaine de jouvence éphémère, une sensation d'arrêt sur image... quand tout se compte en jours, puis en heures, puis de nouveau en jours, en semaines, en mois... quand les derniers jours d'attente se transforment en siècles, quand les journées sont fractionnées en tellement de morceaux que finalement on ne sait même plus quel jour on est... quand ce bébé est tellement petit que chaque journée marque une étape dans son développement...

 

je regarde mes enfants grandir, j'aime!

 

Posté par zebulle à 22:52 - Commentaires [1] - Permalien [#]
dimanche 24 juillet 2011

main à la pâte

quoi de mieux que de mettre la main à la pâte...

 

photo

 

et peindre toute seule les anciens meubles de son ancienne chambre

pour les transformer

en nouveaux meubles de la nouvelle chambre?

 

et profiter de l'occasion pour apprendre de nouvelles choses en compagnie d'une maman parfois trop sévère et trop exigeante...

 

mais être tellement fière d'avoir nettoyé les planches et de les avoir peintes, toute seule!

Posté par zebulle à 23:42 - - Commentaires [4] - Permalien [#]